Le mur sud, le grand défi de l’Amérique

Du point de vue de sa base sur la Plaza Francia, ses presque 3 kilomètres de différence


L’Italien Reinhold Messner, peut-être le plus grand alpiniste de tous les temps, a inclus le mur sud de l’Aconcagua dans son inventaire des montées les plus difficiles du monde, après s’être ouvert une voie d’ascension en 1974.

Il fut défait pour la première fois en 1954 par une expédition française. Les Gaulois ont atteint le sommet du magnifique mur en 7 jours éternels pour l’éperon central alors mondialement célèbre, d’une difficulté incroyable.

À partir de ce moment, le mur sud devint une obsession pour les alpinistes les plus experts et les plus intrépides du monde entier, et les statistiques commençaient à le refléter: dans les années 70, un premier groupe d’Argentins avait répété cet itinéraire, bien que quatre ans plus tôt, ils avaient ouvert une variante pour l’est. Un Français a atteint le sommet de la route de ses compatriotes en 1981, pour la première fois de manière solitaire. La même année, une expédition japonaise se réunit en hiver, en août et via Messner. Une Américaine a été la première femme à vaincre le mur sud en 1984. Álvarez, Sánchez, Rodríguez et Randis sont les prénoms des premiers habitants de Mendoza à avoir atteint le toit de l’Amérique par la voie française en 1986, conjointement avec les Colombiens Barrios. Et deux marques exotiques et incroyables: le Slovène Slavko Sveticic en 1988 est descendu en 10 heures du bord du Guanaco à la Plaza Francia sans corde. Et en 2002, le français Bruno Sourzac l’a grimpé en 22 heures sans auparavant équiper le parcours.

Une douzaine de variantes regroupées en trois itinéraires principaux: itinéraire vers le sommet, tracé central et tracé à droite. Un éperon qui monte entre deux grands canaux de décharge d’avalanche; escalade de difficulté croissante; chenaux et rampes de glace jusqu’à 45 ° d’inclinaison; les grandes tours, zone d’anciennes cordes et clous; le glacier du milieu; les roches de grès; le glacier supérieur; la pelle Messner; le bord de l’éperon et sa montée finale vers le sommet. Itinéraire terrible recouvert de dangers et de difficultés extrêmes, avec des détachements de roche et d’eau qui exigent de travailler presque exclusivement dans les premières heures de la journée et les dernières heures de l’après-midi.

La face sud de l’Aconcagua jouit d’une renommée internationale et il a été considéré pendant longtemps comme impossible à gravir. Blanche toute l’année, recouverte de glaciers suspendus et menacée d’avalanches, cette difficulté technique notoire en faisait l’objet souhaité par des alpinistes chevronnés du monde entier.

En raison de cette réalité, compte tenu en particulier du fait que la patrouille de sauvetage et le service médical n’opèrent pas dans ce secteur, l’administration du parc crée plusieurs conditions spéciales pour ceux qui ont l’intention de s’approcher du mur sud. Entre autres choses, être responsable des frais d’éventuels soins médicaux, évacuations accidentelles, recherche et sauvetage, ambulance, etc., fournir une garantie financière importante à cette fin, emporter du matériel VHF, informer le parcours probable de l’ascension et l’horaire, informer régulièrement la situation, etc.

Source: Aconcagua Online

Reader Interactions

Write us by whatsapp
Send via WhatsApp